En direct du Paddock :  Problème de pied ? Demandez conseil à votre maréchal ferrant !   
AJC Nature

Accédez directement à AJC Nature (lotions et plantes médicinales pour chevaux) en cliquant  ICI

Pathologies équines

Fermer Intro : la vie du cheval

Fermer Chroniques

Fermer Aiguës

Fermer Comportementales

Fermer Cutanées

Fermer Respiratoires

Fermer Le Parasitisme intestinal

Les Reportages

Fermer Nos amis les plantes

Fermer Les reportages

Fermer Equibio ... Info

Fermer Ils portent nos couleurs

Newsletter de l'écurie
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
264 Abonnés
Recherche



Rejoignez l'écurie !

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 179 membres


Connectés :

( personne )
Le Sondage du Box
NOUVEAU : A quelle maladie votre cheval a été confronté ?
 
Locomotrice (Articulaire, os)
Musculaire (entorses, claquage, ...)
Digestive (coliques, infections...)
Respiratoire
Cutanée (dermite, gale, teigne...)
Allergique
Nerveuse (colique, stress,...)
parasitaires (vers, ...)
Pied (fourbure, fourchette)
Autres
Résultats
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Les reportages - Le Percheron

Voici un  reportage sur le Percheron, écrit par Isabelle et que nous remercions pour sa collaboration.

 

 

      

 

La France est riche de 9 races de chevaux de traits. Mais celui que je préfère est le Percheron.

 

D'après les chroniqueurs anciens, la race remonte à l'an 732, année de la défaite d'Abderame (roi des Sarrasins) face à Charles Martel lors de la bataille de Poitiers. La cavalerie arabe change de main et fut dispersée en France, en particulier dans le Perche.

 

carte-du-perche.jpg

 

Comme pour les autres races, le Percheron eut un apport de sang d'étalons orientaux, ramené par Rotrou, Comte de Perche ainsi que du sang espagnol. En 1791, c'est un Percheron qui aurait tracté la berline de Louis XVI et de sa famille en fuite vers Varennes. En 1820, le Haras du Pin introduit deux étalons pur-sang arabes nommés Goldophin et Gallipoly. Ce dernier est le père du chef de race Jean le blanc, né en 1824 et que l'on retrouve dans la plupart des généalogies de Percheron.. C'est en 1883 qu'est ouvert le stud book Percheron.

 

Le Percheron est un "outil de travail" hautement reconnu. Celui-ci s'illustre dans l'agriculture. Il est également le cheval de choix de la Compagnie Générale des Omnibus. Celle-ci recrutait sa cavalerie dans le Perche. Elle en a acheté précisément 24.571 spécimens en 15 ans.

En 1840 La Poste et les messageries en emploient 20.000. Le Percheron est par excellence un cheval de La Poste dont il a le monopole. Si traditionnellement il a une robe grise (suite à des croisements avec des chevaux arabes gris à partir de 1820), cela le rend aussi plus visible la nuit. Le Percheron est le cheval de traction par excellence dans le nord-est de la France, régions possédant le réseau routier le plus dense. Il y eut d'ailleurs une véritable vogue du Percheron.

 

 

D'ailleurs ce cheval est alors utilisé pour créer d'autres races comme le trait Nivernais. La région nivernaise est surtout connue comme étant le siège du mouton et de la célèbre race bovine qui est le Charolais. Au pays du boeuf clair, ce cheval noir finit par s'imposer. En effet, au 19ème siècle, la région se consacrait essentiellement à l'élevage du Charolais, lui aussi comme "outil de travail" pour le travail aux champs, le transport et même le débardage. Pour remplacer ces "ouvriers bovins désuets", des juments nivernaises sont alors croisées avec des Percherons.

 

Le cheval du Perche est non seulement demandé en France mais également hors de nos frontières. En 1889, les américains achètent près de 3.000 chevaux. Les formes de ce sculptural cheval séduisent alors les éleveurs américains. L'inscription au livre généalogique est obligatoire pour un Percheron candidat à l'exportation an Amérique. Mais la demande américaine se focalise de plus en plus sur la robe de couleur noire. Le marché impose de plus en plus cette teinte sombre, pour les mulassières du Poitou (destinées aux marchés espagnols), pour les chevaux tractant les corbillards (destinés à l'Amérique du sud). Pour satisfaire ces exigences, les éleveurs nivernais sélectionnent alors le noir au détriment du gris et se distinguent de ce fait des éleveurs du Perche. Le Percheron quant à lui est sélectionné sur le gris pour la demande intérieure et sur le noir pour satisfaire les exigences du marché extérieur. Du Percheron 'export'.

 

 

DESCRIPTION DE LA RACE

 

Taille de 1,55 à 1,85 m

Poids de 500 à 1.200 kg

Robe grise ou noire dans toutes les nuances

 

Conformation :

 

Tête expressive et évoquant son ancêtre oriental, oreilles découpées, mobiles, pointées vers l'avant et plutôt longue, naseaux larges et très ouverts, bouche largement fendue, encolure moyenne à longue, garrot sorti, épaules longues et inclinées, poitrine large et profonde, dos et reins musclés, croupe ample, queue abondante et attachée haut, membres d'aplomb, sains et peu garnis en poils à l'extrémité, cuisses larges et musculeuses, pieds sains avec une corne de bonne qualité et un talon accusé.

 

 

 

LES DEUX TYPES DE LA RACE PERCHERONNE

 

Deux types sont désormais distingués et jugés séparément lors des concours d'élevage.

 

Le Trait Percheron

Il est capable de tirer de grosses charges au pas. De grande taille et de poids important, son arrière-main est particulièrement musculeuse. Ce type correspond pour les travaux agricoles, le débardage et le trait lourd.

 

Le Diligencier Percheron

Il est capable de tirer rapidement des charges moyennes. Il est plus enlevé et son trot est étendu. Ce type est destiné à l'attelage sportif ou de prestige et aux utilisations de loisir.

 

 

PHOTOS ET TEMOIGNAGE

 

Merci à Flavie de nous avoir permis de diffuser les photos de son Percheron, Orion, pour illustrer notre article et qui nous montre ainsi la beauté, la polyvalence et les possibilités de cette race.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci à Sabrina de nous avoir remis les deux photos ci-dessous de son Percheron de 19 ans, Bambi, récupéré par le biais d'une association équine.

Vous pouvez suivre sa convalescence directement sur le blog de Sabrina en suivant ce lien : http://sabambi58.skyrock.com/.

 

      

 


Date de création : 23/01/2009 @ 12:01
Dernière modification : 31/01/2009 @ 11:12
Catégorie : Les reportages
Page lue 6086 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

^ Haut ^