En direct du Paddock :  

AJC Nature sera présent du 30 mai au 02 juin 2013 à Bourg-en-Bresse.

   

AJC Nature

Accédez directement à AJC Nature (lotions et plantes médicinales pour chevaux) en cliquant  ICI

Pathologies équines

Fermer Intro : la vie du cheval

Fermer Chroniques

Fermer Aiguës

Fermer Comportementales

Fermer Cutanées

Fermer Respiratoires

Fermer Le Parasitisme intestinal

Les Reportages

Fermer Nos amis les plantes

Fermer Les reportages

Fermer Equibio ... Info

Fermer Ils portent nos couleurs

Newsletter de l'écurie
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
264 Abonnés
Recherche



Rejoignez l'écurie !

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 179 membres


Connectés :

( personne )
Le Sondage du Box
NOUVEAU : A quelle maladie votre cheval a été confronté ?
 
Locomotrice (Articulaire, os)
Musculaire (entorses, claquage, ...)
Digestive (coliques, infections...)
Respiratoire
Cutanée (dermite, gale, teigne...)
Allergique
Nerveuse (colique, stress,...)
parasitaires (vers, ...)
Pied (fourbure, fourchette)
Autres
Résultats
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Les reportages - L'aromathérapie, c'est quoi ?

DEFINITION DE L'AROMATHERAPIE

 

L’aromathérapie vient du mot grec "arôma" qui signifie épices. Il s’agit d’une méthode de soin naturelle. Elle ne fait appel qu’aux Huiles Essentielles, substances issues de plantes aromatiques.

 

ORIGINES DE L'AROMATHERAPIE

 

Depuis des millénaires et un peu partout dans le monde, l’homme utilise les plantes pour se soigner ou soigner ses animaux, que ce soient les guérisseurs, les sorciers ou les thérapeutes. Les aromates sont reconnus depuis l’Antiquité. En effet, Hippocrate, grand médecin Grec, faisait déjà brûler de la lavande ou du romarin dans tout Athènes lors des épidémies de peste afin de désinfecter la ville. Ces plantes ne réapparaîtront ensuite qu’au XVIème siècle pour leurs vertus odorantes dans la parfumerie.

L’aromathérapie ne prit vraiment son essor que dans les années 50 grâce au Docteur Jean Valnet.

 

UTILITE DE L'AROMATHERAPIE ?

 

L’aromathérapie exerce un effet harmonisateur sur le plan physique, psychique et mental. On utilise l’aromathérapie pour renforcer et stimuler les systèmes de défense naturels de l’organisme.

 

C’EST QUOI UNE HUILE ESSENTIELLE (ou HE) ?

 

Comme son nom ne l'indique pas, les huiles essentielles ne contiennent pas de corps gras comme les huiles végétales obtenues avec des pressoirs (huile de tournesol, de maïs, d'amande douce, etc.). Il s'agit de la sécrétion naturelle élaborée par le végétal et contenue dans les cellules de la plante, soit dans le calice, la tige, l'écorce ou tout autre partie de la plante. L'huile essentielle est obtenue par la distillation de la plante en alambic. Selon l'huile désirée, on prendra tout ou partie d'une plante spécifique pour en extraire la quintessence, la structure biochimique, afin de la capturer à des fins médicales ou hygiéniques. La composition des huiles essentielles est très complexe. Terpènes, aldhéhydes, cétones, phénol, lactones, esters, sont les composants que l'on retrouve dans les huiles essentielles.

Très volatiles, les huiles essentielles ne rancissent pas, sont solubles dans un corps gras et dans l'alcool, mais pas dans l'eau.

 

COMMENT FABRIQUE-T’ON UNE HUILE ESSENTIELLE ?

 

Il existe plusieurs méthodes d'extraction des huiles essentielles. Le procédé le plus courant est la distillation à la vapeur d'eau. Trois cuves sont reliées entre elles par de minces tubes. La première cuve reçoit de l'eau et la seconde les plantes. L'eau est doucement chauffée et la vapeur passe dans la cuve contenant les plantes. La vapeur circule à travers les plantes et se charge des principes actifs. Puis elle s'échappe par un long tuyau fin en forme de serpentin qui baigne dans un récipient d'eau froide. La vapeur, ainsi refroidie, se condense en gouttelettes et arrive dans la troisième cuve: l'essencier. Les HE étant plus légères que l'eau, il suffit de les récupérer en surface, tandis que l'eau qui se trouve en dessous sera utilisée pour créer des eaux florales et des hydrolats.L'expression mécanique à froid. C'est la méthode utilisée pour prélever l'HE des zestes d'agrumes. On presse, on récolte et c’est tout!

L'enfleurage est une méthode qui n'est plus guère utilisée, (coût, travail, rendement moindre). Il s'agit de placer les fleurs sur un corps gras purifié et de laisser les arômes pénétrer le corps gras. Une fois l'arôme des fleurs "pompé", on les retire et on remet des fleurs fraîches, jusqu'à saturation du corps gras. Il suffit de nettoyer la pommade ainsi obtenue, puis d'y ajouter de l'alcool. Au bout de 24 heures, le corps gras et les huiles essentielles sont séparés. Il ne reste plus qu'à recueillir la précieuse huile essentielle!

 

QUELLES HUILES ESSENTIELLES UTILISER ?

 

 

Pour un usage aromathérapique, seules les essences naturelles conviennent. Les essences naturelles possèdent des propriétés moléculaires spécifiques, impossibles à recréer en laboratoire. Ainsi, une essence de citron ou de lavande de synthèse sentira délicieusement bon, mais n'aura aucun effet réel sur votre santé ou celle de votre animal, si ce n'est que de procurer un bien-être dû à une odeur agréable.
Les huiles essentielles de qualité doivent être rigoureusement pures. Une goutte sur un papier buvard ne doit pas laisser de trace durable en séchant.

Il faut aussi savoir que la même plante offrira une huile aux vertus différentes selon son origine. Ainsi, par exemple, le romarin marocain présente une biochimie très différente du romarin provençal, espagnol ou corse. On parle de chémotype.
Il est également important de savoir différencier les espèces d'une même plante. Prenons par exemple la lavande (Lavandula Angustifolia): on la connaît bien sous ce nom, mais elle existe également sous le nom d'aspic (Lavandula Latifolia). La première est, en fait la fleur femelle et la seconde est la fleur mâle. Ses feuilles sont plus larges et son parfum légèrement camphré. De plus, l'aspic mûrit plus tard dans la saison. L'hybridation des deux fournit le lavandin (Lavandula hybrydas). Vous voyez où je veux en venir? L'HE de lavandin n'aura pas les mêmes propriétés que l'HE de lavande vraie. D'où l'importance de la différenciation des espèces, notamment en consultant leur nom botanique en latin.
Pour rester dans l'exemple de la lavande, sachez que Lavandula Angustifolia aide en cas d'hypertension et d'angoisses, que Lavandula Latifolia calme la toux et est un bon anti-viral et que Lavandula hybrydas régénère la circulation et décontracte les muscles.

 

OU ET COMMENT CONSERVER LES HUILES ESSENTIELLES ?

 

 

Pour commencer, inutile de vous préciser de ne jamais laisser des HE ou tout mélanges à base d’HE à la portée des enfants. Une huile de bonne qualité se conserve parfaitement durant plusieurs années si vous les entreposez de façon correcte. La première précaution à prendre est de systématiquement bien visser le bouchon. Les HE sont très volatiles et en refermant mal le flacon, les arômes s'échappent.
Le lieu idéal pour entreposer sera frais et à l’abri de la lumière afin d'empêcher les HE de s'oxyder et de se transformer en résine. Une petite armoire en hauteur dans l’écurie fera idéalement l’affaire.
Par ailleurs, les HE pures ont la faculté de "ronger" le plastique. Aussi garderez-vous les flacons debout, afin de protéger le bec compte-goutte et le bouchon, souvent en matière plastique.

 

L’AROMATHERAPIE EST-ELLE DANGEUREUSE ?

 

Ne tombez pas dans le piège "tout ce qui est naturel est bon pour la santé". Sans vouloir dramatiser, les huiles essentielles ont un pouvoir thérapeutique certain et, utilisées en surdosage ou à mauvais escient, elles peuvent mener à des effets indésirables importants. Ne sous-estimez jamais les effets des huiles essentielles. Vous risqueriez des créer des conflits émotionnels ou physiques graves. N'étant ni vétérinaire, ni médecin aromathérapeute, nos pages ne font que refléter et vulgariser les qualités de l'aromathérapie et ne doivent en aucun cas devenir une base d'automédication. Nous ne saurions être tenus pour responsables d'une utilisation inadéquate de cette méthode de soins. Les huiles essentielles sont très concentrées et peuvent entraîner une intoxication. Je me répète, mais il est important de connaître les dangers de toute thérapie, quelle qu'elle soit! En cas de doute, il vous faut toujours vous tournez vers votre médecin, pharmacien ou vétérinaire.

 

 

MODE D’APPLICATION DES HUILES ESSENTIELLES

 

Les huiles essentielles s'utilisent soit par absorption, soit en inhalation, soit en compresse ou en massage.

Par absorption : Les HE peuvent s'absorber diluées à 5 ou 15%. Quelques gouttes d'HE dans une cuillerée de miel ou d'eau valent mieux que versée sur un morceau de sucre. Et il est conseillé de prendre la médication avant un repas, afin de ne pas irriter la paroi stomacale. On peut aussi mélanger des HE dans de l'huile alimentaire biologique (1 à 5%) et utiliser cette huile en salade ou la prendre directement à la cuillère. Comme il existe de nombreuses contre-indications, nous vous déconseillons d’entreprendre seul toute thérapie aromatique (pour vous-même ou votre animal) sans être suivi par un spécialiste (vétérinaire, médecin aromathérapeute ou un naturopathe).

Par inhalation : Par diffusion dans l’air via un diffuseur ou par application sur un tissus ou un coton. Elles stimulent alors les centres olfactifs et répercutant ses effets sur le psychique et le physique.

Par compresse ou massage : En appliquant une huile essentielle diluée sur la peau, il suffit de quelques heures pour en retrouver des traces dans les urines. Entre-temps, les principes de la plante auront pénétré les tissus par voie sanguine. Cette facilité extraordinaire de pénétration cutanée est la raison de notre choix pour nos préparations. Mais attention, ne jamais appliquer une HE pure directement sur la peau. Certaines HE pures étant photosensibles, elles peuvent créer de véritables lésions cutanées ou provoquer un surdosage dangereux.

 

ET L’EFFICACITE DANS TOUT CA ?

 

Les HE ont le pouvoir de détruire les bactéries pathogènes, les champignons responsables des mycoses et ont même une action sur le Candida (champignon ressemblant à une levure). Les antibiotiques, hélas distribués de plus en plus couramment, provoquent des dommages aux cellules en ciblant les bactéries. Les HE n'ont pas cette propriété puisqu'elles cernent exactement les germes microbiens, renforçant par là même les souches immunitaires, tandis que les antibiotiques deviennent de plus en plus puissants car les bactéries s'y accoutument! Si une HE possède de nombreuses indications, les principes actifs cibleront plus spécifiquement la partie à soigner.
Lorsque survient la guérison, le terrain étant amélioré, la capacité d'immunité est renforcée et le corps n'est pas affaibli.

Par ailleurs, une maladie (sans généraliser, bien entendu) est le résultat de l'encrassement de l'organisme. Il ne peut plus alors se défendre contre les agresseurs et se laisse envahir. Le corps, les organes se comportent alors de façon anarchique, trahissant l'état général. Pour drainer et évacuer les agents pathogènes, le corps possède des circuits d'élimination. Chaque HE cible et agit sur un circuit particulier (cœur, reins, poumons, peau, etc...). Par exemple, l'eucalyptus, éliminé par voie pulmonaire et urinaire aura un effet bienfaisant sur les poumons et la vessie. Les toxines sont drainées et évacuées, soit par l'urine, la transpiration ou les expectorations. C'est la raison pour laquelle il faut beaucoup boire (et toujours laisser de l’eau propre à disposition de son cheval) lors d'un traitement aromathérapique.

 

PROPRIETE DES HUILES ESSENTIELLES

 

Les propriétés offertes par les HE sont nombreuses. Analgésiques, antalgiques (Camomille, Pin, Lavande, Menthe), Tonifiantes (Menthe, Poivre noir, Romarin, Bois de santal, Sauge), calmantes (Camomille, Myrrhe, Orange), anti-inflammatoires (Citron, Encens, Géranium), régulatrices de l'organisme (Camomille, Lavande), cicatrisantes (Eucalyptus, Lavande, Hysope, Romarin), et bien plus encore. La liste est vraiment longue! Mais attention, toute prise d’une huile essentielle ne doit pas se faire à la légère. Soyez toujours conseillé avant toute prise d’une HE. Les effets indésirables peuvent être bien pire que l’effet recherché.

 

QUELQUES RECOMMANDATIONS :

 

Il faut impérativement éviter tout contact d'HE pure (entendez "non diluée") avec les muqueuses (Yeux, bouche, nez, oreilles, vagin) ainsi que toutes zones irritées ou sensibles.

Certaines HE (sarriette, cumin, serpolet, romarin, origan, ail, etc...) peuvent provoquer des brûlures ou ont un effet révulsif. Elles sont en outre dermo-caustiques.

Comme nous le disions plus haut, les HE sont très concentrées; Il faut donc les utiliser avec prudence et parcimonie.

Les traitements par voies internes nécessitent un dosage très précis. Comme il existe de nombreuses contre-indications, mieux vaut se renseigner auprès d'un spécialiste avant d'entreprendre une thérapie aromatique.

Si vous avalez par mégarde de l'HE pure, prenez plusieurs cuillères d'huile végétale. En cas d'absorption importante, appelez le centre anti-poison le plus proche.

Il est conseillé de pratiquer un test d'allergie avant d'utiliser une HE. Appliquez toujours avant traitement une HE diluée sur une petite partie saine du corps de votre animal. Si aucune réaction allergique n'est apparue le lendemain, vous pouvez utiliser le produit.

Si il y a projection d'HE dans les yeux ou sur les muqueuses (de vous-même ou de votre animal), n'utilisez jamais d'eau mais de l'huile végétale pour rincer.

 

LE TRAITEMENT


 

Les HE ont toutes des vertus spécifiques, primaires et secondaires.

Il faut que les HE agissent non seulement sur les symptômes directs mais également sur l'état général. La durée d'un traitement est fonction de la gravité de la maladie mais également de son ancienneté.

L'avantage de l'aromathérapie est qu'elle peut fort bien être combinée avec d'autre thérapie. Ainsi, si votre animal doit prendre un médicament, les HE pourront être un excellent support ou une aide médicamenteuse précieuse. Bien évidemment, vous en parlerez avec votre vétérinaire qui sera seul habilité à vous dire si une contre-indication existe!

 

Il est clair que l'alimentation sera un élément prédominant à la guérison de votre animal. N'oubliez pas que l'aromathérapie joue sur l'auto guérison. Il est nécessaire de mettre toutes les chances de son côté en mettant le corps et l’esprit au diapason de cette thérapie, surtout naturelle!

 

Pour rappel: l'aromathérapie permet un drainage du corps de l’animal et celui-ci aura besoin d'éliminer les toxines. Il lui faudra pouvoir boire en conséquence une eau pure et propre.

De plus, une prise de compléments vitaminés n'est pas à exclure, les HE n'apportant ni vitamines, ni sels minéraux.

ET SURTOUT, NE JOUEZ JAMAIS A L’APPRENTI SORCIER AVEC LA SANTE DE VOTRE ANIMAL !


Date de création : 03/06/2005 @ 18:27
Dernière modification : 23/06/2008 @ 18:49
Catégorie : Les reportages
Page lue 8482 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

^ Haut ^